Responsable acquisition, ne demandez plus l’I.A. au père Noël, c’est déjà disponible !

15 janvier 2020 AntVoice

2019 a de nouveau mis en exergue l’impact de l’Intelligence Artificielle, la célèbre I.A., dans notre vie, dans notre monde. Les articles et les couvertures sur ce thème se sont comptés par centaines.

Il y a quelques mois, à l’occasion d’un événement que vous nous voulions organiser avec le CPA, nous avons interrogé de nombreux responsables acquisition et CMO sur la façon  dont ils utilisent l’I.A. pour gérer et optimiser leurs campagnes publicitaires sur le digital.

Les réponses furent rares et très évasives. 

“Secret défense”, “Nous sommes à la pointe mais je ne peux clairement pas en parler”, “Impossible de partager nos avancées, ça intéresserait trop nos concurrents”, “Nous avons de multiples projets en cours !”, etc.

Impossible d’obtenir une réponse plus précise ! A croire que l’I.A. adaptée à la publicité est encore un mirage…

Dans les faits, je pense que très peu d’annonceurs maîtrisent un sujet qui n’est pas trivial. D’où une bonne partie de ces réponses … 😉

Il nous a donc semblé intéressant de vous faire un état des lieux de ce qu’il existe en matière d’Intelligence Artificielle dans le domaine de la publicité.

Tout d’abord, l’I.A. dans la pub, ce n’est pas le futur, c’est une réalité, et en 2020, vous vous devrez d’avoir une religion sur le sujet et je l’espère vous lancer.

Pas de mirage, pas de miracle

L’I.A. dans la publicité est maintenant une réalité. Cependant je préfère vous prévenir tout de suite. Comme dans n’importe quel secteur où l’on peut y retrouver de l’I.A., il n’y a bien entendu pas d’I.A. magique permettant de multiplier par 10 les performances des campagnes … Qui l’aurait cru …

C’est comme le père noël, une telle I.A., quels que soit les domaines d’application, ça n’existe pas.

Néanmoins, ce n’est pas parce que la “Skynet” de la pub n’existe pas qu’il n’y a pas d’I.A. dans la publicité.

Pour reprendre le discours de Luc Julia, le co-créateur de SIRI et le patron de l’innovation de Samsung, il n’y a évidemment pas UNE intelligence artificielle omnisciente et omnipotente mais DES intelligences artificielles qui peuvent faire énormément de choses dans le domaine de la publicité.

Pas UNE mais DES intelligences artificielles

Ceci est particulièrement vrai dans la publicité. Pour optimiser votre ciblage ou vos campagnes, vous avez accès à nombreux types d’algorithmes sur le marché et chacun va travailler sur un aspect bien précis.

Quelques exemples :

– Une I.A. de prédiction d’achats qui permet à partir de data-sets de milliards de signaux faibles de prédire une intention d’achat pour un produit, un service ou une marque pour chaque consommateur

– Une I.A. de détermination des performances de milliers d’emplacements publicitaires afin d’identifier les bons formats et ceux ne générant aucune performance (fraude, miss click, bots, etc.) grâce à l’analyse des taux d’arrivée, de rebond et de transformation et pas simplement des taux de clics (l’indicateur le moins intéressant dans la publicité qui est pourtant souvent mis en avant)

– Une I.A. permettant d’associer de manière prédictive un annonceur spécifiquement à un ou plusieurs sites web parmi des millions de possibilités afin d’y trouver l’audience la plus qualitative et la plus en adéquation

– Une I.A. permettant évaluer la valeur d’un consommateur pour une marque, individu par individu et pas simplement pour un segment, toujours de manière prédictive, afin d’acheter les internautes au juste prix en fonction de leur potentiel

– Une IA. permettant de créer en temps réel un format publicitaire 100% personnalisé, tant sur la forme (bannière IAB ou natif ? Web mobile ou desktop ?) que sur le fond (sélection de produits et message personnalisés), pour chaque individu

– Une I.A. de trading qui va remplacer le trader media dans ses choix de gestion et d’optimisation afin de tirer la maximum de performance de la campagne

Etc.

Bien entendu, le machine learning analysera toutes ces prédictions de manière automatique et continue afin d’optimiser les modèles mathématiques et donc un fine les performances des campagnes.

Un changement de paradigme

Tout ce que je viens de décrire existe déjà. Et nous avons la chance en France d’avoir certaines des startups les plus avancées au monde sur ces sujets. Chez AntVoice, nous avons le plaisir -que dis-je, la chance !- de participer à cette incroyable évolution du marketing digital.

Avec le niveau de certaines solutions existantes utilisant l’I.A., on peut donc trouver une combinaison unique, individu par individu, parmi des milliards de combinaisons potentielles.

Un travail qu’un humain ne peut bien évidemment pas faire.

Le triptyque actuel -la combo magique de la pub depuis les années 60- le Segment / la Creative / le Support, va donc exploser dans les prochaines années au profit d’une multiplication à l’infini des combinaisons pilotées par une I.A..

Bien évidemment cela peut être anxiogène pour nombre de responsables acquisition, de  traders médias, de consultants et d’agences qui vont devoir se réinventer, l’I.A. remplaçant une grande partie de leur travail au quotidien et notamment la gestion de tâches répétitives.

Mais c’est une opportunité formidable de se concentrer sur des choses à plus grande valeur ajoutée, comme la créativité ou le (vrai) conseil !

Donc oui, l’I.A. dans la pub existe. Le nier, c’est comme penser que les voitures actuelles sont encore montées à la main ou que les traders boursiers choisissent encore leurs positions avec une calculatrice et un crayon …

Le père noël n’existe pas. Mais l’I.A. pour la pub, si.

Alors, profitez-en dès cette année pour optimiser le résultat de vos campagnes et l’expérience publicitaire que vous proposez aux internautes !

Alban Peltier, CEO d’AntVoice

 

Partager cet article